Menu
Escort services
Worldwide overview adult workers
Red light district workers
Erotic models

THE STRINGPOINT GROUP

Mission

Quand je commande un verre de vin au bar, je me sens encore nerveux. Est-ce que je le fais bien ? Et si je l'attends dans le mauvais café et qu'elle ne vient pas ? J'écarte mes doutes, c'est juste que c'est le bon endroit.
Café du coin, 16h, vêtements amples et dessous quelque chose d'irrésistible ! Je vous attends avec impatience…
C'était ce que disait son dernier texto.

Derrière les nombreuses bouteilles de vin et de bière du bar se trouve un miroir et je me vois dedans. Mes yeux bleus me regardent avec interrogation mais aussi avec attente. Je passe une main dans mes cheveux et me redresse. Pendant ce temps je tripote mon chemisier. J'ouvre un bouton de plus, sachant qu'elle aime bien voir mes seins. Je veux voir où vont mes mains, Lotte. Elle me l'a dit plusieurs fois.

Je prends une profonde inspiration et essaie de me détendre. L'homme à côté de moi lève les yeux et sourit gentiment, mais je n'y prête pas attention. J'attends mon amour secret. La tension en moi augmente. Elle m'a envoyé en un rien de temps, habillé de manière décontractée et très peu en dessous. Je prends mon verre de vin et me dirige vers une table près de la fenêtre, sachant que Ruth apprécie de me montrer à elle, elle peut m'admirer comme elle le dit.

Cela me rappelle la première fois que je me suis assis à côté d'elle dans un café. Je l'avais suivie sans hésitation depuis un cours très ennuyeux où nous avions tous les deux été envoyés par notre employeur. Quelque chose dans ses yeux m'avait poussé à la suivre pour boire un verre. Après avoir posé un verre de vin blanc devant moi sans rien demander, elle s'est assise à côté de moi. Sa manière m'a captivé; alors qu'elle semblait tout de suite prendre les devants et me regardait avec quelque chose de possessif dans ses yeux marrons, qui déjà ne me lâchait plus. Cela semblait très naturel lorsqu'elle posa sa main sur la mienne et se rapprocha de plus en plus de moi. Elle était déjà un cadeau que je n'avais pas le droit de déballer à l'époque, mais je ne le lui ai pas dit. Ce n'est que plus tard que j'ai commencé à penser à mon action et à son incroyable attraction qui m'a fait tout oublier autour de moi. C'est la femme la plus intrigante que je connaisse. Elle me fait suivre mon cœur et ferme mon esprit quand nous sommes ensemble, quelque chose qui ne m'arrive pas très souvent.

Tout en sirotant mon vin et en regardant un peu autour de moi, je sors mon téléphone portable de mon sac ; voir si j'ai raté un texto d'elle. Rien! On s'est envoyé des textos toute la matinée. Très ordinaire au début, sur la façon dont les choses se passent, sur ce que vous aimeriez, sur la façon dont nous nous manquons. Mais ils ont changé de ton; elle m'envoie alors ce qu'elle veut de moi. Me rendre fou de désir, me taquiner en me caressant sans cesse les tétons, quelque chose que j'adore. Elle me fait savoir qu'elle peut me toucher n'importe quand, n'importe où. Elle me dit clairement ce qu'elle veut de moi.

Et elle me le fait attendre; Je regarde à nouveau ma montre.

Je veux tes lèvres sur les miennes, tes doigts sur moi.
Et puis les suivants :
Et vous savez de quelles lèvres je parle !

C'est ainsi que Ruth est, directe et ouverte. Pour le monde extérieur, la femme d'affaires cool qui dit clairement qu'elle est la patronne, qu'elle prend les décisions et fixe le cap : toujours. Pour moi la femme qui m'excite énormément.
J'ai détourné mon regard de la porte, car chaque fois qu'elle s'ouvre et qu'elle ne l'est pas, mon agitation grandit. La rencontre sournoise me rend nerveux, me donne de la tension, aujourd'hui plus que jamais à cause de la mission qu'elle m'a confiée.

Vous nous réservez une chambre et je veux que vous m'offriez une soirée inoubliable.

Un message plus ancien, complètement dans le style de Ruth. Je vais suivre aujourd'hui. Encore une fois, je ne peux pas et ne veux pas lui refuser, tout comme lorsque je l'ai vue la première fois. Et à chaque fois après ça.
Maintenant que je suis assis ici à l'attendre, je réalise à quel point je veux la revoir. Dans ma tête je revois ses yeux, qui me forcent, à nouveau devant moi. Je sens à quel point mon corps y réagit intensément. Un seul regard d'elle me rend doux, me fait frissonner et m'excite. Ses yeux me dirigent, même sans les mots.

Sans me retourner je sais qu'elle est là, je le sens dans mon corps. Un frisson parcourt ma colonne vertébrale et entendre des pas près de moi fait battre mon cœur. Le souffle chaud sur mon cou alors que sa voix douce me chuchote : « Une si belle chose. Qui attends-tu ici tout seul ? Je sens mes joues devenir rouges alors qu'elle me donne un doux baiser à pleine bouche puis place sa main possessive autour de ma hanche. Je vois l'homme au bar nous regarder, Ruth aussi, mais ça l'excite et elle approfondit notre baiser. Sa langue joue avec la mienne et avant qu'elle ne libère sa bouche de moi, elle passe rapidement sa main sur l'un de mes seins. Je sens une profonde rougeur.

"Salut bébé. Désolé, ma réunion a pris du retard. Je t'ai fait attendre longtemps, ma fille ? demande-t-elle avec désinvolture en s'asseyant à côté de moi sur le canapé. Je la regarde vaguement, sens ses lèvres sur les miennes et vois un mamelon raide à travers mon chemisier.
« Je suis ici depuis quinze minutes, je viens de boire mon deuxième verre de vin, Ruth », dis-je en la regardant dans les yeux. Ses yeux me parcourent, m'examinent d'un air possessif, et je rayonne un peu timidement. Sans qu'elle ne dise quoi que ce soit, j'ai lu qu'elle me voulait.
La main posée sur ma jambe bouge doucement. Les yeux parcourent à nouveau mon corps.
Je fais un signe de tête au barman et lui commande un verre de vin, un chablis, que je sais qu'elle aime. Elle me fait un signe de tête approbateur et me caresse doucement la jambe. Oui, je pense, a marqué un autre point.


Ruth porte un toast à une chaude soirée, m'embrasse à nouveau à pleine bouche et je la sens se détendre. Moi non, au contraire. J'ai mes jambes l'une à côté de l'autre, appuyées sur le bar de la chaise en face de la table, mais quand je sens soudain sa main monter plus haut sur ma jambe et qu'elle s'approche très près d'un endroit très chaud, je sursaute et une jambe glisse dès le départ du bar. Je la regarde d'un air interrogateur.
"Calme-toi, ma chérie, voyons qui est le patron ici," me murmure-t-elle à l'oreille, "et personne ne te verra."
Elle prend une gorgée de vin presque négligemment, puis appuie son petit doigt contre mon point le plus chaud. Ses yeux se posent sur un bouton de mon chemisier et sans vraiment m'en rendre compte, je redresse mon dos et pousse mes seins vers l'avant, lui donnant une vue sur un morceau de mon soutien-gorge. La dentelle noire se voit et ses yeux pendent sur le renflement de mes seins. Lorsque les pois de mon chemisier deviennent clairement visibles, elle me regarde dans les yeux avec approbation. J'ai l'impression d'avoir encore plus chaud que je ne l'étais déjà depuis qu'elle s'est assise à côté de moi. Juste ce regard dans ses yeux. Encore une fois, je ressens le besoin de lui plaire et de tout ce qu'elle me demande ou me commande; Je le fais.

Je me penche vers elle et lui donne un rapide baiser.

"Tu me défies, petit bâtard, je contrôle Lot", et elle frotte à nouveau son petit doigt sur mon entrejambe.
Ma tension monte encore plus et je me penche vers elle, lui donne un rapide baiser, lui fais un clin d'œil et lui demande de venir. Nous sortons du bar main dans la main. nous regarde.
Nous sommes aussi un beau couple. Je suis blonde avec des boucles, des yeux bleus clairs et habillée avec désinvolture et Ruth sombre, de beaux yeux bruns et tout à fait féminins. Les gens s'occupent de nous mais je ne le vois pas vraiment ; Je ne veux que Ruth. J'ai envie de ses bras autour de moi, de ses lèvres sur les miennes, de son beau corps mince, chaud, provocateur et tellement excitant. Mais je sais que je dois lui rendre service avant qu'elle me donne ce que je veux. C'est un jeu auquel nous jouons de donner et de recevoir. C'est délicieux!

Et même si je suis très nerveux, j'ai hâte de faire mon devoir pour elle.

Quand nous marchons dans une ruelle sombre et déserte, elle m'attire. Elle me pousse contre le mur, met une main sur mon cou et dit : "Alors, maintenant je t'ai seule, ma fille, et puis-je juste te dire à quel point je suis curieuse de voir ce que ma fille va me montrer."
L'allée sombre peut obscurcir ce qu'elle me fait, mais je ne me sens pas à l'aise ici. Mon désir gagne, cependant, et un gémissement m'échappe. Quand Ruth me lâche, je vois un sourire triomphant sur ses lèvres.
"Une si belle chose, maintenant va me montrer exactement ce que tu as imaginé pour moi," dit-elle en me reprenant la main et nous sortons de l'allée sombre.
Elle le serre doucement et nous marchons sans dire un mot. Pourquoi devrions nous. Après tout, nous savons ce que nous voulons et dès que possible. Mon corps le réclame, à chaque pas que je fais, je sens mon désir augmenter, il n'y a pas d'autre moyen car mon pantalon frotte contre ma nudité en dessous. Je ne peux pas croire ce que Ruth me fait.

Tu vas me faire un strip-tease, j'ai envie de te voir t'exposer très sexy à moi.

Elle a mis ça dans un texte.

"Je suis curieuse de savoir ce qui se cache sous tes vêtements Lot, le morceau de dentelle que tu m'as déjà montré promet beaucoup." En disant cela, elle tourne ma tête vers elle. Elle m'embrasse goulûment et pose sa main sur mon cul.

L'hôtel n'est pas loin et nous sommes bientôt dans la chambre que j'ai réservée. Maintenant que nous sommes ici, je me sens de nouveau nerveux, et la façon dont Ruth me regarde ne m'aide pas beaucoup. Possessive, gourmande et expectative, elle laisse son regard me parcourir.
"Tu sais ce que je veux Lotte, je vais aux toilettes et puis j'attends un spectacle de ta part."
Elle se retourne et entre dans la salle de bain.

Je la regarde. Son dos droit, son attitude majestueuse, ses longs cheveux noirs qui flottent, son balancement supplémentaire des hanches parce qu'elle sait que je la regarde. C'est une belle femme et c'est moi qui l'excite. Pour moi, elle annule les rendez-vous, gagne du temps. Elle me fait me sentir désirée et aimée, ne peut rien lui refuser et ne veut pas. Je deviens accro à elle. Sa façon de parler, sa rigueur. J'apprécie la façon dont elle me joue, avec un peu de puissance, elle me laisse repousser mes limites et je n'ai jamais eu d'orgasmes aussi intenses qu'avec elle.
Nous sommes ensemble depuis six mois maintenant. Eh bien, ensemble, nous avons une relation secrète. Non pas que j'aie honte d'elle, bien au contraire. J'aimerais la montrer à tout le monde. Mais oui, ma foi, mon éducation, l'église. Un pacte diabolique dirait ma mère. Nous nous rencontrons donc secrètement. Et bien que cela soit parfois très difficile pour moi, nous nous rapprochons de plus en plus. Ruth est celle qui me fait voir, sentir, combien il est agréable de me laisser aller et de la suivre, de m'abandonner à elle, de lui donner le contrôle de moi-même.
Et je n'aurais jamais pensé que je serais aussi excité par son pouvoir.

Je regarde autour de moi la pièce faiblement éclairée. Un seul spot au plafond éclaire, un miroir reflète l'espace. Il y a 2 chaises et une table et seulement le lit. Je déplace les chaises, les mets l'une en face de l'autre. La chaise devant le miroir devient la mienne, donc Ruth peut me voir entièrement. Je sors mon téléphone de mon sac et cherche ma musique.
Pour cette occasion, j'ai mis de belles chansons, des chansons qui m'aident à surmonter ma trépidation. Je n'ai jamais fait de strip-tease.
Quand j'entends la porte de la salle de bain et lève les yeux, je vois Ruth. Mon dieu qu'elle est belle. Un séduisant ensemble bleu foncé surmonté d'un kimono translucide. Sa peau bronzée, ses petits seins fermes enveloppés si joliment dans ce soutien-gorge, le ventre plat avec un piercing au nombril. Je vois que ses yeux sont un peu plus noirs, et avant qu'elle ne s'asseye sur la chaise que je pointe du doigt, elle m'embrasse et me chuchote à l'oreille : "Rends-moi fou, comme toi seul peux."

Mon téléphone joue doucement "l'esclave de l'amour", de Bryan Ferry. Je vois Ruth me regarder quand elle reconnaît le numéro, et je sais qu'elle apprécie mon ambiguïté. Donnez toujours votre propre chance, dit-elle. Ruth est assise sur la chaise et je me tiens devant elle, dos au miroir, juste en dessous de la tache. Vous pouvez déjà sentir la chaleur dans la pièce et ce n'est pas seulement parce que je porte encore tous mes vêtements. Lorsque j'ouvre péniblement les boutons de ma veste, Ruth suit chacun de mes mouvements. Je peux voir le désir dans ses yeux alors que je suspends le cardigan au-dessus de la chaise et que je commence à nouer les boutons de mon chemisier. Je n'ai plus besoin d'en ouvrir beaucoup plus et alors que je fais le tour de la chaise, je la laisse glisser de mes épaules et regarde Ruth par-dessus mon épaule.
J'ai mis mes mains sur mon soutien-gorge et je me dirige vers Ruth. Quand je me tiens devant elle, je baisse les mains et rapproche mes seins. Les yeux de Ruth me suivent et elle se lèche les lèvres. Je remarque rapidement que le beau soutien-gorge noir aux bonnets semi-transparents peut résister à l'approbation de Ruth.
"Très beau bébé, excellent choix."

Avant de me retourner vers la chaise, je me penche vers Ruth, lui donne un baiser et caresse très doucement le tissu de son soutien-gorge et de son mamelon. Elle gémit et me tape sur les fesses. Quand je me tiens à nouveau devant la chaise et que je regarde mon grand amour, qui me regarde excité sans vergogne, je décroche mon soutien-gorge avec mes doigts et le pose sur la chaise avec mes autres vêtements. Avec mes seins dans mes mains, je caresse mes mamelons avec mes pouces. Puis je les laisse partir, mets mon index dans ma bouche, le suce et le mouille. Je regarde Ruth avec défi et passe mon doigt autour de mon mamelon en cercles. Ils se raidissent encore plus et je vois les yeux de Ruth me dévorer, ses mains courir sur ses seins et elle gémit.
Je me balance doucement au son de la musique et pose un pied sur la chaise en tournant le dos à Ruth.
"Slave to love, And I can't escape, I'm a slave to love", chante Bryan Ferry.
Et combien c'est vrai. Je ne veux pas partir, je veux lui montrer que je veux faire ça pour elle, je veux m'exposer au propre comme au figuré.

A travers le miroir, je la vois remuer nerveusement sur sa chaise. Ses yeux se sont concentrés sur ce que je fais. Ses mains ne sont pas immobiles, elles bougent sans cesse. Très lentement, j'ouvre la fermeture éclair de ma botte, tord mes fesses et repousse mes fesses. La première botte est éteinte et je répète le rituel avec ma deuxième botte. Je l'ai aussi mis à côté de la chaise. De nouveau, je fais face à Ruth et passe une main de mon cou sur mes seins jusqu'à ma ceinture. Je rejette ma tête en arrière et passe à nouveau un doigt sur mes lèvres. Ruth s'agite toujours dans le fauteuil et je m'approche d'elle.
"Pouvez-vous m'aider?" je demande à Sully.
« Tourne-toi », souffle Ruth.
Ses mains vont à la ceinture de mon pantalon. Elle baisse la fermeture éclair. Elle gémit quand elle voit que je n'ai rien en dessous, embrasse mes fesses une à une, elle les lèche.
"Jésus Lot, quelle chose sexy tu es."
Je lui souris excitée alors que je m'éloigne d'elle à nouveau.
"Oh, Lot, laisse-moi jouir sur ton corps", haleta Ruth. Je veux que tu me regardes doigter ta danse excitée.
J'attrape mes seins. « Tu veux que je les serre ma chérie ? je demande à Sully.
"Oui, Loth."
Je serre fort mes mamelons et j'entends et vois ses doigts tremper dans sa chatte. Je la regarde dans les yeux et tire mes mamelons.
"Ils sont si beaux", souffle Ruth.
"Ils sont pour toi," je murmure doucement.
"Certainement qu'ils sont à moi et ça aussi", dit-elle en regardant mon entrejambe.
"Oui, je suis tout à toi, Ruth."
En disant cela, je sens soudain à quel point Ruth est à moi et à quel point je veux l'avoir aussi. Ses doigts bougent sauvagement dans sa chatte.
"C'est tes doigts qui me prennent Lot, tu me baises prêt."
Un dernier gémissement, son corps se raidit et ses doigts cessèrent de bouger. Puis elle s'affale sur la chaise et me regarde.
"Venez à moi."
Je m'approche de Ruth et elle me tend les doigts.
«Lèche la cornée de mes doigts ma chérie. Goûtez à la façon dont vous m'avez fait venir avec votre merveilleux spectacle.
Je lèche ses doigts pour les nettoyer puis elle me tire sur ses genoux et me langue violemment.
« J'ai eu ça en tête tout l'après-midi. Toi qui me montre, fais-moi si chaud, merci ma chérie. Vous avez réussi votre mission avec brio.
Je lui prends la main et la pose sur mon ventre, la regarde intensément.
"Alors je veux ton corps maintenant, mon amour," dis-je en la laissant partir.

"Cela ne sert à rien de refuser," je lui murmure à l'oreille et avec un sourire diabolique sur mes lèvres, je la tire au lit.

© The Stringpoint Group

 

bron: Oops.nl

Abonnez-vous à notre infolettre

S'abonner

S'inscrire

L'inscription à notre boutique permettra d'accélérer votre passage à la caisse lors de vos prochains achats, d'enregistrer plusieurs adresses, de consulter ou de suivre vos commandes, et plus encore.

S'inscrire

Récemment ajouté

Il n'y a aucun article dans votre panier

Total avec les taxes:€0,00